Devenons des outres nouvelles

Au terme de ce programme d’année : « Fragiles dans un monde fragile », pourquoi l’Equipe Message choisit-elle cette page d’Ecriture « Vin nouveau, outre neuve » ?

Ce vin nouveau, c’est Jésus lui-même, l’Homme-Dieu qui traverse de bout en bout la condition humaine soumise à la mort biologique, à la finitude qui caractérise le mode d’être au monde de l’humanité. 

Gethsémani nous offre quelques « pics de l’humanité de Jésus » selon l’expression d’une participante à la retraite de la Semaine Sainte. Jésus a peur comme tout homme, ressent angoisse et effroi à l’approche de sa mort, a un mouvement de recul devant la coupe qu’il doit boire, éprouve une tristesse à en mourir, un abandon total et le désir de partager sa peur avec les disciples. Ne rougissons pas de nos fragilités, de nos peurs ; elles sont les leviers de notre libération, de notre délivrance ; elles sont chemins de vie. Aux racines de sa vulnérabilité, de sa précarité, Jésus est l’Eveilleur, le Passeur, celui qui tient le cap dans la tourmente incontournable de notre humanité. Il nous révèle ainsi ce qu’est une vie d’homme accomplie, laissant couler la source, sonner le chant divin en son cœur. 

Lire la suite...

Croire en l’homme… un défi exigeant !

« Un dessin ne justifie pas la mort d’un être humain ». Cette parole écrite en majuscule autour de bougies évoquant un crayon rappelait à tous ceux qui sont venus place du Val de Marne à St-Maurice, le 14 janvier quelques jours après les attentats de Paris qu’aucune cause, argument, fussent-ils bons, ne justifient l’assassinat prémédité d’êtres humains. 

Emerveillons-nous que des personnes en France aient voulu par milliers changer leur emploi du temps pour manifester dans la rue leur citoyenneté.

Il est essentiel que nous apprenions à discerner et à hiérarchiser nos combats…

Lire la suite...

Hors série

Le 10ème anniversaire du Trimestre Franciscain : un événement.

Sœur Madeleine Kayser, franciscaine missionnaire de Marie, alors provinciale, rêve en 1994 d’offrir tout d’abord à ses sœurs dispersées sur les cinq continents, ainsi qu’à toute la famille franciscaine, un parcours de formation. Elle pressent l’urgence de transmettre le charisme lié au poverello, dans ses multiples développements. Ainsi, en cette fin du XXème siècle, marqué par un désenchantement, un scepticisme généralisé touchant par voie de conséquence la famille franciscaine, une femme crée un événement au cœur de cette dernière : la création du Trimestre franciscain.

Oui, il faut bien parler d’événement, car pour la première fois, dans le monde francophone, des hommes, des femmes de toutes les branches, de toutes les cultures, vont vivre ensemble pendant trois mois. Il ne serait pas sensé de vouloir transmettre l’originalité de la démarche franciscaine sans revisiter, repenser ses fondements, dégager quelques pistes nouvelles pour son avènement en ce monde tel qu’il est aujourd’hui. Sa vitalité, sa prégnance chez nos contemporains sont à ce prix. Elles sont tributaires de notre dynamisme intérieur, de notre enthousiasme à commencer du neuf s’enracinant dans une mémoire.

Lire la suite...

Revue Message

Edito - La soif de l’autre

Sur les ondes, dans les journaux, nous entendons et lisons régulièrement l’invitation permanente à nous réjouir de la diversité culturelle. Le MuCEM  (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), réalisé à l’occasion du choix de Marseille comme capitale culturelle 2013, en témoigne.

Même si certains nous font l’éloge du « on est bien chez soi » et sont des chantres du renforcement identitaire, de l’exclusion de l’étranger donc du migrant, le discours ambiant tend à cultiver les vertus du droit à la différence. Mais,  voilà ! Ne nous résignons pas, ne subissons pas celui-ci comme une chape de plomb qui s’abattrait sur nous et ferait taire nos colères, nos peurs. Consentir à cette altérité et non seulement y consentir mais la désirer suppose une conversion.

Lire la suite...

Actualités

Menu utilisateur